Divers

[Cars 3] entretien avec Brian Fee -réalisateur Cars 3

août 6, 2017

 

 

F.L:Cars 3 est votre premier long métrage, mais avant cela vous travailliez déjà chez Pixar…

 

B.F:C’est exact. Quand je suis arrivé chez Pixar sur le premier Cars, je ne croyais pas une seconde que j’allais finir par réaliser un film d’animation. ça me semblait être le métier le plus difficile au monde. Je regardais faire John Lasseter et Brad Bird. Je me disais qu’il fallait être un génie pour y arriver. Au final, je peux vous dire d’expérience que c’est très compliqué, mais qu’il ne faut pas être un génie pour y parvenir (rires). Il faut juste s’entourer des bonnes personnes. Et j’ai eu la chance de cotoyer des cadors du métier au fil des années. J’ai appris des meilleurs.

 

 

F.L:le ton de Cars 3 est plus sombre et le film aborde des thématiques peut-être plus adultes que les deux précédents volets…

 

B.F:ça a toujours été notre objectif.Revenir au émotions de Cars le premier du nom, tout en emmenant Flash ailleurs. Il devait se confronter à quelque chose d’inédit pour lui. Et il fallait que ce voyage émotionnel soit compliqué, sinon ça n’avait pas d’intérêt pour l’évolution du personnage.

 

F.L:Vous parlez à un public qui a grandi avec les personnages de Cars, qui est désormais plus âgés?

 

B.F: On est très conscient du fait que les gamins qui étaient tout jeunes quand le premier volet est sorti ont désormais ne dizaine d’années de plus. C’est pourquoi il sont désormais prêt à voir cette histoire. Mais attention: on a toujours envisagé Cars 3 comme un film familial. D’ailleurs il ne nous est jamais venu à l’idée que les plus jeunes n’allaient pas accrocher. Les enfants sont bien plus intelligents que ce que l’on croit.

 

 

F.L:Diriez-vous que c’est un film sur l’acceptation de la vieillesse?

 

B.F:On pourrait dire ça, oui. Quand j’étais jeune, quelqu’un m’a dit:  » Tu ne peux pas échapper au temps ». Cette phrase est restée gravée dans ma tête. On a tous une date d’expiration. Tu peux tenter de fui pendant un moment mais pas pour toujours. Flash est dans le déni de sa vieillesse, il croit qu’il va pouvoir faire la course jusqu’à la fin des temps. Mais à un moment il va se transformer, comprpendre qu’il y a plus que ça. Peut-être même que ça vie ne fait que commencer.

 

Propos recueillis par François Léger

Ouest-France tous droits réservés