• 3 juin 2020

Phantom Manor 2.0

Il était une fois à Frontierland… sur les hauteurs de Boot Hill, dans la ville de Thunder Mesa…

Tableau du manoir dans ses beaux jours

Accompagnez-nous donc dans notre visite fantomatique… L’attraction Phantom Manor a ouvert ses portes en même temps que celles du parc, en 1992. On murmure que des esprits facétieux s’y manifestent… « Non Omnis Moriar », cette citation inscrite sur la plaque du portail nous indique que les fantômes ne meurent jamais… complètement.

Mais avant de franchir le seuil des grilles, admirons cette façade austère et ses jardins, autrefois luxuriants.

Phantom Manor, Disneyland Paris

Alors que nous traversons les jardins, la douce musique s’échappant encore du gazébo nous indique que tout était prêt pour l’heure du thé.

Gazebo

La file d’attente ne fait que repousser notre angoisse à pénétrer en ces lieux hantés… En effet, celle-ci est parfaitement thématisée, lugubre. Les ampoules clignotent et les toiles d’araignée ont élu domicile.

Alors que nous pénétrons dans le vestibule, le propriétaire des lieux nous annonce : « Phantom Manor a vécu des jours heureux, mais les temps ont changé… Entrez braves mortels et visitons ensemble ce fameux manoir… ».

Ainsi s’initie notre funeste voyage. L’ambiance musicale si particulière nous envoûte dès notre entrée dans le manoir. Dès que les portes se ferment, le mapping nous fait réaliser que le manoir a réellement vécu des jours heureux. Les papiers peints, aujourd’hui délabrés, reprennent leur superbe d’antan.

Henry et Mélanie Ravenswood

Nous voilà à présent prisonniers de la Stretch Room. Cette pièce nous plonge littéralement dans les abîmes du manoir et nous dessine le tragique destin des fiancés de la jeune femme. « Hélas les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent…tous les contes n’ont pas de fin heureuse… Il n’y a ni porte, ni fenêtre… Par où sortir ? … Le Phantom de ces lieux se fera un plaisir de vous aider… ». Le Phantom aurait-il égoïstement voulu garder la jeune fille pour lui seul, et cela même dans l’au-delà, ou peut-être encore pensait-il que personne n’était assez bien pour elle ? Les pistes sont nombreuses et c’est sans doute, ce qui fait la magie de cette nouvelle storyline. 

La galerie des portraits va encore plus loin en nous dépeignant le Phantom comme étant le propriétaire de ces lieux. Les tableaux mettent en évidence les événements tragiques autour du Manoir. Nous comprenons alors que le Phantom n’est autre que le père de Mélanie… L’ambiance se fait de plus en plus oppressante et l’immersion est garantie !

Après avoir traversé la galerie des tableaux, non sans appréhension, il est grand temps d’embarquer dans notre doombuggy pour rejoindre le macabre convoi, et d’explorer Phantom Manor. Mélanie est dans les escaliers… elle semble attendre à tout jamais un amour qui ne viendra plus. L’air qu’elle fredonne est glaçant et d’une mélancolie extrême. Elle semble nous conjurer de la suivre dans les méandres de sa demeure afin d’y découvrir sa tragique destinée. Dehors le tonnerre gronde. Nous sommes prêts pour le voyage !

Mariée en haut de l'escalier - embarquement

Dans la galerie des glaces, notre embarcation s’engouffre, Mélanie tenant son chandelier semble fuir le Phantom dans des couloirs qui n’en finissent plus, la laissant dès lors prisonnière de sa propre demeure. La voilà chantant, en plein tourment.

Le piano joue des marches nuptiales macabres, les fleurs sont déjà là pour les défunts fiancés…

Piano sans joueur

Les couloirs se font de plus en plus oppressants autour de nous, les portes bougent et grincent, témoignant des forces occultes qui ont pris possession du manoir. L’horloge comtoise, dont les aiguilles tournent à l’envers, finit de nous confirmer que nous avons basculé dans l’au-delà.

Vient le moment des incantations. Notre voyage se poursuit autour de Madame Leota… Son visage iconique semble flotter dans cette boule de cristal, et la voilà qui nous convie à une séance de spiritisme au cours de laquelle Leota, avec une voix d’outre-tombe, exhorte les esprits à se manifester : « Esprits et fantômes, sur vos fiers destriers, escorrrrrrtez dans la nuit la belle fiancée ! Des douze coups de minuit aux mâtines sonnantes, Nous valserons ensemble, macabre débutante ! »

Voici que se profile la scène de bal… Bal d’un mariage qui n’aura jamais lieu. Ou a-t-il finalement eu lieu et nous assistons à une réminiscence incantée par Madame Leota, ou est-ce encore le rêve de Mélanie Ravenswood qui ne sera jamais réalisé ? Serait-elle à tout jamais spectatrice de son mariage, qu’elle ne vivra jamais ? Les convives au mariage semblent être pris au piège dans cette salle de bal, valsant jusqu’à la nuit des temps. L’orgue joue des airs fantomatiques et mélancoliques ; il n’y plus aucun doute, c’est un destin tragique qui s’est abattu sur Phantom Manor.

Le Phantom et la Mariée - Salle de bal

La future mariée nous convie à visiter sa chambre. Depuis la réhabilitation, cette scène est mise bien plus en avant que dans la version précédente. La voilà qui se lamente sur son funeste sort au son de son macabre gramophone… Sa cheminée dessine un M dans des teintes vertes, pour son doux prénom de Mélanie, mais le Phantom n’est jamais loin, apparaissant alors dans le miroir de la coiffeuse de sa fille, elle qui semblait se préparer pour la cérémonie de mariage.

Mélanie pleure devant son miroir

Nous basculons dans les catacombes du Manoir… Encore, le fantôme, semblant se moquer de nous, a d’ores et déjà creusé un trou en véritable fossoyeur qu’il est. Nous attend-il ? Le doombuggy plonge alors dans les profondeurs morbides, véritable ossuaire du Manoir. Où que nous regardions, c’est un cimetière qui nous attend.

Les bustes chantants nous entraînent dans un charivari des plus glauques, et ils semblent se jouer de nous…

Les bustes chantants

S’ensuit une cavalcade dans un Thunder Mesa macabre, mais cependant très coloré. C’est un moment que les plus jeunes des visiteurs apprécieront davantage car paraissant plus divertissant… Cette réhabilitation de l’attraction nous offre une version plus extravagante et sans doute plus carnavalesque de ce Thunder Mesa fantomatique… Quelle interprétation en faire alors ? Partant d’une malédiction sur le manoir, est-ce que toute la ville de Thunder Mesa aurait été plongée dans l’au-delà ? 

Thunder mesa maudite

Cependant, le fantôme de ces lieux nous salue, alors que, déjà, s’achève notre voyage… Peut-être a-t-il décidé de nous épargner… Nous n’étions que de simples visiteurs après tout… C’était sans compter sur Mélanie. Après avoir traversé la crypte de ses amants malheureux, dont un semblait tenir encore une bague de fiançailles, dans un dernier soupir, Mélanie s’agrippe au doombuggy, et nous supplie de l’épouser « Will you marry me, voulez-vous m’épouser ? ».

Nous quittons le ride, non sans une pensée pour cette jeune Mélanie.

Panneau fin du voyage
J’aimeJe n’aime pas
La thématisation poussée au RDVLes arrêts intempestifs des doombuggys
Les sensations garantiesLe manque d’une boutique ou d’un restaurant associés au manoir
Une storyline éclaircie
Des effets visuels et sonores 2.0
Leslie

Leslie

Leslie et Disney… depuis l’ouverture du Parc en 1992, un véritable coup de foudre avec le parc, et l’univers Disney... Grande fan des VHS, je me revois devant le générique les yeux pleins d’étoiles. Une magie qui a traversé les différentes périodes de ma vie. Aujourd’hui, Disney constitue une réelle bulle de magie pour moi, et plus que jamais, nous avons besoin de rêver et d’un peu de poussière de fée. Depuis début 2020 dans l’équipe, j’aurai à coeur de partager cette grande histoire d’amour, sûrement la plus belle de ma vie!

Leave a Reply