Le Dernier Duel : conférence de presse

Le vendredi 24 septembre, nous avons eu la joie de rencontrer une partie de l’équipe de tournage du film Le Dernier Duel, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel le Bristol. Pour rappel, le film sort en salles le 13 octobre.

installation-equipe-tournage
hotel-le-bristol
le hall de l’hotel le bristol, à paris

Étaient présents Ridley Scott, le réalisateur, Nicole Holofcener la co-réalisatrice et Jodie Comer l’interprète de Marguerite de Carrouges.

siege-jodie-comer
siege-ridley-scott
siege-nicole-holofcener

Les questions à l’équipe du film  » Le dernier duel « 

Journaliste : Quel effet cela vous fait-il de vous tenir ici à Paris ?

Jodie Comer : C’est un moment très spécial. Venir à Paris après avoir tourné en Dordogne est absolument magnifique. Voir l’authentique Notre-Dame de Paris après l’avoir montrée en construction dans le film est un moment unique.

Journaliste : Le film comporte plusieurs volets. Ne craigniez-vous pas que la première et la seconde partie soient un peu répétitives et perdent l’attention du spectateur ?

Ridley Scott : Non, car le film est construit à la manière d’un miroir déformant. Toutes les parties se répondent les unes aux autres selon un angle et un point de vue différents. Ainsi, la phase de l’agression n’est par exemple pas la même selon que nous la voyons de la perspective de Jacques Legris ou bien de celle de Dame Marguerite.

Jodie Comer : C’est également une question de jeux d’acteurs. Les situations ne sont pas vécues de la même manière selon le point de vue à partir duquel on se place, si bien que les jeux d’acteurs se devaient d’être différents.

Journaliste : Une question pour Jodie. Comment vous êtes-vous préparée à la scène de viol ?

Jodie Comer : Étrangement, j’ai vécu le tournage de cette scène de manière très sereine. Toute l’équipe m’entourait et me soutenait, ce qui était très important. Nous avons tourné la scène à 3 reprises. Et à chaque fois, Ridley Scott a tenu à ce que toute l’équipe quitte le plateau. C’était très délicat de sa part.

Journaliste : Madame Comer, comment avez-vous abordé votre personnage ?

Jodie Comer : J’ai lu le livre d’Éric Jager de nombreuses fois et ai fait plusieurs recherches sur l’affaire et les personnages. Je souhaitais mieux la comprendre en essayant de deviner ce qu’elle avait pu penser et ressentir. De plus, je voulais aussi découvrir où elle avait pu puisé la force de faire entendre sa voix afin de reprendre le contrôle de son destin. Ben [Affleck], Matt [Damon] et moi avons travaillé de concert là-dessus.

Journaliste : Qu’est ce qui rend si unique Adam Driver dans son personnage de Jacques Legris ?

Jodie Comer : Il est incroyablement spontané : il a une énergie folle qui lui octroie une prestance formidable. Il est aussi extrêmement charismatique. Oui, si vous vous le demandez, je suis fan d’Adam Driver [rires].

Ridley Scott : La distribution est un moment extrêmement important pour moi car tous les personnages ont leur signification et leur rôle. En effet, selon moi, un bon acteur est aussi celui qui saura se montrer inventif en proposant des choses auxquelles je n’aurai pas pensé.

Journaliste : Votre 1er film était Les Duellistes. Aujourd’hui votre dernier film est Le Dernier Duel. Vous portez un intérêt particulier aux duels ?

Ridley Scott : Chaque jour de ma vie est un duel. Convaincre les productions, les studios… Si vous ne pouvez pas supporter le stress, ne faites jamais mon job [rires].

Journaliste : Question pour Jodie Comer. Comment décririez-vous votre personnage ?

Jodie Comer : C’est une femme puissante. La justice était faite par les hommes et pour les hommes, à cette époque. Sa vie était en jeu. Et faire ce qu’elle a fait est tout à fait remarquable.

Pss… Pour voir la bande annonce du film, c’est par !

Marie
Passionnée par l’écriture et l’univers des contes au point d’en faire mon sujet de mémoire, la magie de Disney a effleuré mon berceau pour ne plus jamais me quitter. De la féerie des princesses à la plus rocambolesque des aventures, c’est de cette pincée de rêverie que s’est imprégnée ma plume. Aujourd’hui, entourée d’une équipe de Disneyiens chevronnés, je suis heureuse et honorée de prolonger la magie au quotidien.