Les classiques de notre enfance : La Belle au bois dormant

Aurore en train de dormir

La Belle au bois dormant : un conte de Perrault

Initialement inscrit dans la culture orale populaire, La Belle au bois dormant a inspirĂ© le conte issu du trĂšs cĂ©lĂšbre recueil de Charles Perrault paru en 1697. L’histoire diffĂšre lĂ©gĂšrement de celle du film. Elle pourrait se rĂ©sumer simplement en quelques mots. 

Pour le baptĂȘme de la princesse, tout le royaume est invitĂ©, exceptĂ© une mĂ©chant fĂ©e. Celle-ci vexĂ©e de ne pas avoir reçu d’invitation jette une malĂ©diction Ă  l’enfant :
« elle se piquera le doigt Ă  la pointe d’une quenouille et en mourra. Â»

Toutefois, les bonnes fĂ©es, qui dans le conte sont au nombre de 7, contrent le mauvais sort en le nuançant : « la princesse ne mourra pas mais tombera dans un long sommeil sĂ©culaire. Â»

MalgrĂ© l’interdiction lancĂ©e par le roi d’utiliser des fuseaux, la jeune fille fait la rencontre d’une vieille fileuse dans le chĂąteau. Elle se pique le doigt et tombe endormie. 

PrÚs de 100 ans plus tard, un prince trouve le chùteau envahi par la végétation et réveille la princesse avec un baiser (et non avec un viol comme le laissent supposer certaines rumeurs).

La grande diffĂ©rence rĂ©side dans la suite du conte puisque, Ă  la diffĂ©rence du film, il ne s’arrĂȘte pas lĂ . En effet, le prince et la princesse rentrent au chĂąteau et se marient. De leur union naissent deux enfants. La mĂšre du Prince, dĂ©crite alors comme une Ogresse, dĂ©cide d’enlever sa belle-fille et ses petits enfants afin de les manger. Heureusement, le Prince, son fils arrive Ă  temps et sauve sa famille. 

gravure de gustave doré

La Belle au bois dormant : le film

Fiche technique du film

  • 16e classique d’animation
  • 20e long-mĂ©trage
  • sorti en janvier 1959
  • rĂ©alisĂ© par Clyde Geronimi
  • musique de George Bruns d’aprĂšs le ballet Ă©ponyme de TchaĂŻkovski
  • budget de plus de 6 millions de dollars

Chansons du film La Belle au bois dormant

  • J’en ai rĂȘvĂ©
  • Douce Aurore
  • Les Dons des fĂ©es
  • Je voudrais 

Synopsis

Le dĂ©but du film est assez similaire au conte et s’ouvre sur une page d’un livre d’histoire. Dans un lointain pays imaginaire du XIVe siĂšcle, un roi et une reine cĂ©lĂšbrent la naissance de leur fille, nommĂ©e Aurore. Tout le royaume est alors invitĂ© Ă  ses festivitĂ©s, y compris 3 bonnes fĂ©es, Flora, PĂąquerette et Pimprenelle. Elles dĂ©cident d’user de leur magie afin d’octroyer des dons Ă  l’enfant.

Toutefois, lorsque c’est au tour de Pimprenelle, une violente bourrasque accompagnĂ©e d’un Ă©clair vert interrompt la cĂ©rĂ©monie. MalĂ©fique, la puissante et mĂ©chante sorciĂšre, vexĂ©e de ne pas avoir Ă©tĂ© conviĂ©e, jette une malĂ©diction Ă  la princesse. À ses seize ans, celle-ci se piquera le doigt Ă  la pointe d’une quenouille et en mourra. Au dĂ©part de la sorciĂšre, Pimprenelle transforme la malĂ©diction : la princesse ne mourra pas mais s’endormira pour 100 ans. Seul le baiser d’un prince charmant pourra rompre le charme.

Cependant, terrifiĂ© Ă  l’idĂ©e de voir sa fille chĂ©rie rattrapĂ©e par la malĂ©diction. Le roi StĂ©phane brĂ»le tous les rouets du chĂąteau et ordonne aux trois fĂ©es d’éloigner la princesse du royaume et de l’élever comme une simple paysanne. Les bonnes fĂ©es s’exĂ©cutent et s’occupent donc de la princesse jusqu’à ses seize ans. 

Le jour de son anniversaire, Aurore fait la rencontre fortuite du prince Philippe dans les bois. Les deux jeunes gens tombent amoureux sans savoir qu’ils sont promis l’un Ă  l’autre. Toutefois, Aurore est arrachĂ©e Ă  sa vie simple et paisible afin de retourner au chĂąteau oĂč une vie de princesse l’attend. LaissĂ©e seule dans sa chambre, MalĂ©fique l’hypnotise et la conduit jusqu’à un rouet oĂč elle se pique le doigt. 

Entre temps, la sorciĂšre s’est assurĂ©e d’emprisonner le prince afin que nul ne puisse rĂ©veiller Aurore. Cependant, aidĂ© des 3 fĂ©es, il rĂ©ussit Ă  s’échapper. MalĂ©fique, transformĂ©e en dragon, est alors vaincue par Philippe qui se hĂąte d’éveiller sa belle par un baiser. 

la scĂšne du baiser

GenĂšse 

Fort du succĂšs de Cendrillon, Walt Disney souhaite dĂ©montrer la supĂ©rioritĂ© de ses studios face aux autres. Il voit alors en La Belle au bois dormant l’opportunitĂ© de faire du film un vĂ©ritable chef d’Ɠuvre. En juin 1952, Joe Rinaldi et Ed Penner soumettent une premiĂšre version du scĂ©nario Ă  Walt Disney. Il refuse car il juge qu’elle contient beaucoup trop de similitudes avec Blanche-Neige et Cendrillon.

Walt Disney est alors conscient des difficultĂ©s que pose la rĂ©Ă©criture de ce conte. En effet, tout comme Cendrillon et Blanche-Neige, il est indispensable d’étirer le scĂ©nario afin d’en faire un long-mĂ©trage. De plus, la scĂšne du baiser (qui fait polĂ©mique aujourd’hui) se devait d’ĂȘtre intense si bien que les scĂ©naristes ont dĂ©cidĂ© qu’Aurore devait rencontrer le Prince et en tomber amoureuse avant. 

Aurore dansant avec le Prince Phillip

Inspiration artistique

Les dĂ©cors s’inspirent trĂšs largement des travaux prĂ©paratoires d’Eyind Earle, mais aussi d’Ɠuvres mĂ©diĂ©vales. Ainsi, John Hench, animateur sur le film, eut le coup de foudre pour la cĂ©lĂšbre sĂ©rie de tapisseries La Chasse Ă  la licorne. Les tapisseries du film ont donc pour principale source d’inspiration ces derniĂšres. 

On peut aussi noter des emprunts au film Henry V de Laurence Olivier et au RomĂ©o et Juliette de Renato Castellini. Certaines scĂšnes font mĂȘme office de vĂ©ritables hommages Ă  ces Ɠuvres cinĂ©matographiques. Ainsi, la cĂ©lĂšbre image d’Aurore endormie n’est pas sans rappeler l’hĂ©roĂŻne tragique qu’incarne Juliette dans sa crypte.

Aurore dans son profond sommeil

Doublage français

1er doublage de 1959

  • IrĂšne Valois : la princesse Aurore
  • Henriette Marion : Flora
  • Jacqueline FerriĂšre : PĂąquerette
  • Colette Adam : Pimprenelle
  • Jeanne Dorival : MalĂ©fique
  • Raymond Rognoni : le roi StĂ©phane
  • Jacques Berlioz : le roi Hubert

2e doublage de 1981

  • Janine Forney : la princesse Aurore
  • Guy Chapellier : le Prince Philippe
  • Paule Emanuele : Flora
  • Marie-Christine Darah : PĂąquerette
  • Jeanine Freson : Pimprenelle
  • Sylvie Moreau : MalĂ©fique
  • RenĂ© BĂ©riard : le roi StĂ©phane
  • Roger Carel : le Roi Hubert

RĂ©ception

À sa sortie, le film n’a pas eu un Ă©norme succĂšs, surtout en comparaison avec celui de Blanche-Neige. En effet, il fut beaucoup critiquĂ©, notamment pour le budget qui lui a Ă©tĂ© allouĂ©, alors jugĂ© scandaleux.

Toutefois, avec ses nombreuses ressorties, il a accusĂ© un succĂšs sur le long terme. Il est aujourd’hui considĂ©rĂ©, sans conteste, comme un classique Disney. Il est, par ailleurs, classĂ© dans cette catĂ©gorie sur Disney +.

Pour tout savoir sur Aurore, c’est par ici !

Marie
PassionnĂ©e par l’écriture et l’univers des contes au point d’en faire mon sujet de mĂ©moire, la magie de Disney a effleurĂ© mon berceau pour ne plus jamais me quitter. De la fĂ©erie des princesses Ă  la plus rocambolesque des aventures, c’est de cette pincĂ©e de rĂȘverie que s’est imprĂ©gnĂ©e ma plume. Aujourd’hui, entourĂ©e d’une Ă©quipe de Disneyens chevronnĂ©s, je suis heureuse et honorĂ©e de prolonger la magie au quotidien.