Stars à quatre roues de Disneyland Paris – 1e partie

A Disneyland Paris, on trouve toutes sortes de moyens de transport, du tramway à cheval aux vaisseaux spatiaux. Parmi eux, les voitures tiennent une place de choix. Attardons-nous un moment sur les modèles les plus emblématiques de notre destination, en commençant par ceux du Parc Disneyland.

Sur les roues de l’histoire

Vue de l'hotel de ville avec un vehicule ancien en premier plan

Main Street, U.S.A. possède une collection particulièrement riche de véhicules.

L’histoire raconte que la ligne de tramway qui parcourt la rue servait au début du 20e siècle à acheminer la clientèle fortunée de la gare nouvellement construite au Plaza Gardens Restaurant. C’est ainsi que la Main Street Transportation Company a investi dans des Omnibus à étage, tout en conservant les tramways tirés par des chevaux qui avaient le monopole du transport dans cette ville.

Les services publics se sont quant à eux équipés d’un Paddy Wagon (communément surnommé « panier à salade ») et d’un Fire Truck (camion de pompiers) motorisés.

À cela s’ajoutèrent les automobiles privées des plus riches habitants : élégante limousine, luxueuse Mercer 35R et autres Curved Dash, la petite carriole qui fait de temps à autre son apparition non loin de New Century Notions – Flora’s Unique Boutique.

Vehicule ancien devant Liberty court

Tous ces véhicules ont été construits spécialement pour le parc par des artisans anglais sous la supervision des Imagineers Eddie Sotto et Ed Johnson. Le choix de chaque modèle fut dicté par l’histoire qu’ils souhaitaient raconter. La Mercer fut choisie pour sa ressemblance avec celle du film Le Plus Heureux des Milliardaires (1967). Créé d’après un modèle de Walt Disney World, le « Paddy Wagon » est un souvenir d’une version alternative de Main Street, U.S.A., imaginée lors de la conception d’Euro Disneyland, qui se situait non pas au tournant du siècle, mais dans les années 1920-1930. Ce concept s’inspirait du jazz et des films muets que l’Europe découvrait à l’époque, et notamment les films des Keystone Cops. La mention « Keystone Precinct » sur la carrosserie renvoie tout naturellement à ces personnages et à cette version de Main Street, U.S.A.

 

Quant au Fire Truck, il s’agit d’une copie du camion de pompier de Disneyland Resort, que Walt Disney avait fait faire spécialement pour se déplacer dans le Parc.

Fire truck devant le chateau

En route pour l’aventure !

4x4 a Adventureland

Les véhicules d’Adventureland rassemblés par l’Imagineer Chris Tietz sont autant d’invitations au voyage, même s’il est souvent mouvementé ! Le premier d’entre eux se trouve dans la partie africaine du Land, devant la boutique La Girafe Curieuse (Tout pour le Safari). Il s’agit d’un Land Rover « Station Wagon » de 1969, qui évoque immanquablement l’aventure, à l’image de celui qu’on pouvait voir dans les années 1960-1970 dans la série Daktari. Selon la légende, ce véhicule appartenait à un marchand qui voyageait à travers le désert africain. Une girafe fut si intriguée par ce tout-terrain qu’elle resta plantée au milieu de la piste, causant un accident devant une bâtisse en ruine. Le marchand décida finalement d’y établir sa boutique et depuis, le 4×4 ne quitta plus cet emplacement. Ce modèle fut repéré en 1988 dans un jardin abandonné de Californie du Sud par l’Imagineer Bethann Brody qui l’acheta aussitôt. Le véhicule fut alors thémé en ajoutant le logo de la boutique sur les portières, un porte-bagage de fortune, et toutes sortes de traces d’usure et d’accidents antérieurs, comme ce trou causé par la corne d’un rhinocéros en colère, réparé par une boîte de conserve que le marchand aurait aplatie en sautant dessus ! A un moment, il fut même envisagé d’en faire un point de vente, comme une extension de la boutique.

Logo de la Girafe Curieuse sur une portiere

Plus loin, dans la partie indienne d’Adventureland, la campagne de fouilles menée dans la Cité Perdue d’Indiana Jones et le Temple du Péril nécessitait différents véhicules pour transporter hommes et matériel. Une Jeep Willys permettait ainsi d’amener les archéologues sur le site, tandis que le camion dont le capot est surmonté de cornes impressionnantes était utilisé pour l’acheminement des artefacts découverts sur place. Ces véhicules datent de la Deuxième Guerre mondiale et ont été adaptés par les Imagineers Bethann Brody, John Gizienski et Pat Burke pour ressembler à ceux utilisés dans le film Les Aventuriers de l’Arche Perdue (1981), notamment le camion qui transporte l’Arche d’Alliance. Qui sait quels trésors se cachent aujourd’hui à l’intérieur ?

Vision d'Indiana Jones et le Temple du Peril

Les autoroutes du futur

Autopia

Avec Autopia, petits et grands peuvent prendre le volant et conduire leur voiture du futur. Les « astrocoupés » de l’attraction arborent un design retro-futuriste inspiré à la fois de l’attraction de Disneyland Resort et du cartoon Disney de 1958 Magic Highway USA. Sur le plan technique, il s’agit d’”Autopia Mark VII », la septième version de la voiture développée pour ce type d’attraction depuis la version originale de 1955. Elle se compose d’un corps à l’allure sportive, coulé en une seule pièce de fibre de verre, qui recouvre un châssis tubulaire en acier. Sur ces autoroutes futuristes, la sécurité est primordiale, grâce à ces pare-chocs en aciers montés sur ressorts, ces repose-têtes et tableaux de bord matelassés.

 

Dans le cadre d’un vaste programme de conversion initié en 2010, la majeure partie des astrocoupés est équipée de moteurs hybrides. La partie thermique permet aux batteries de se recharger et aux voitures de faire ce bruit caractéristique adoré des parents comme des enfants. Quant à la partie électrique, elle autorise des économies de carburant et moins de rejets de carbone. Un progrès d’autant plus important quand on sait que chaque voiture d’Autopia peut parcourir jusqu’à 2.000 km par jour !

 

A SUIVRE…

Vous avez aimé cet article ? Like this article?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Poster un commentaire - Leave a comment