Les classiques de notre enfance : Aladdin fĂȘte ses 30 ans !

En 2022, tout comme Disneyland ParisAladdin fĂȘte ses 30 ans ! Ce classique de l’animation des Studios Disney, sorti en novembre 1992 aux États-Unis, est une libre inspiration du conte Aladin ou La lampe merveilleuse mais surtout du film Le Voleur de Bagdad (1924). Retour sur son histoire !

« Aladin » Ă  l’origine…

Le personnage d’Aladin (Disney l’orthographe Aladdin) est issu d’un conte traditionnel arabo-perse. Contrairement Ă  ce que l’on pourrait penser, ce conte ne figure pas Ă  l’origine dans le recueil Les Mille et Une nuits. C’est Antoine Galland qui, dans sa traduction au XVIIIe siĂšcle, l’a augmentĂ© de plusieurs contes et notamment avec celui d’Aladin.

aladin dans le jardin magique, illustrations de max liebert (1912)

Une histoire (trÚs) éloignée du film

Dans la version française du conte, Aladin vit en Chine et est le fils d’un modeste tailleur, nommĂ© Mustapha. À la mort de ce dernier, Aladin se laisse aller Ă  la paresse et laisse sa mĂšre travailler avec peine pour les nourrir tous deux. Un jour, un magicien venu d’Afrique feint de vouloir lui apprendre le mĂ©tier de marchand de tissus. Cependant, c’est une ruse pour le faire descendre dans une caverne enchantĂ©e dans laquelle seul Aladin peut se rendre. Ceci afin de rĂ©cupĂ©rer une lampe magique. Aladin la dĂ©niche mais refuse de donner la lampe tant que le magicien ne le fait pas sortir du souterrain. Ce dernier l’abandonne donc et renonce par la mĂȘme occasion Ă  la lampe. 

Aladin dĂ©couvre alors qu’en frottant l’objet merveilleux, un gĂ©nie en sort et peut exaucer tous ses vƓux. GrĂące Ă  lui, Aladin devient donc instruit, poli, riche. À l’entrĂ©e des bains, il tombe amoureux de la fille du sultan, la princesse Badroulboudour. ImpressionnĂ© par la richesse du jeune homme, le sultan accepte de donner sa fille en mariage. Sans laisser trop le choix Ă  la princesse donc


Aladin et Badroulboudour convolent en justes noces, sous les yeux effarĂ©s du magicien qui le reconnaĂźt. Se faisant passer pour un fou, il s’empare de la lampe magique et, profitant de l’absence d’Aladin, fait transporter le palais oĂč se trouve la princesse en Afrique. À la suite de la disparition de sa fille, le sultan entre dans une colĂšre noire et veut faire condamner Ă  mort Aladin. Soutenu par le peuple, il obtient cependant un dĂ©lai et fait le voyage jusqu’en Afrique pour retrouver sa femme. Cette derniĂšre et lui conviennent d’une ruse : elle feint d’ĂȘtre sĂ©duite par le magicien et lui fait boire du poison. 

Aladdin : le film

Fiche technique :

  • 31e classique d’animation
  • 40e long-mĂ©trage 
  • sorti en novembre 1992
  • rĂ©alisĂ© par John Musker et Ron Clements
  • musique composĂ©e par Alan Menken
  • Budget de 28 millions de dollars

Chansons du film Aladdin 

  • Nuits d’Arabie (Arabian Nights) – Narrateur
  • Je vole (One Jump Ahead) – Aladdin et ChƓurs
  • Je suis ton meilleur ami (Friend Like Me) – GĂ©nie
  • Prince Ali – GĂ©nie et ChƓurs
  • Ce rĂȘve bleu (A Whole New World) – Aladdin et Jasmine

Synopsis 

Le Diamant d’Innocence

L’intrigue dĂ©bute dans le dĂ©sert, sous les Ă©toiles, avec les personnages de Jafar, le grand vizir d’Agrabah, et son perroquet Iago. Ce dernier souhaite s’introduire dans la Caverne aux Merveilles afin d’y dĂ©rober une lampe. Toutefois, une seule personne peut y pĂ©nĂ©trer : « le Diamant d’innocence Â». Ils dĂ©couvrent qu’il s’agit d’Aladdin, un jeune vagabond, contraint de voler dans le souk pour se nourrir. 

Au palais, la princesse Jasmine, fille du sultan, refoule nombre de prĂ©tendants venus pour l’épouser. RĂȘvant d’un mariage d’amour et de libertĂ©, la jeune femme se dĂ©guise et s’enfuit du palais. Elle fait la rencontre d’Aladdin au marchĂ©. Les jeunes gens sont vite retrouvĂ©s par la Garde du Palais, qui, sous les ordres de Jafar, arrĂȘte le voleur et ramĂšne la princesse chez elle. 

Le secret de la lampe magique

Jafar se dĂ©guise en vieillard et conduit Aladdin jusqu’à la Caverne aux Merveilles. Le jeune homme y pĂ©nĂštre sans difficultĂ©. Sur son chemin, il fait la rencontre d’un tapis volant qui dĂ©cide de les accompagner jusqu’à la lampe. Aladdin s’en empare. Cependant, au mĂȘme moment, son singe Abu hypnotisĂ© par un Ă©norme rubis, touche la pierre, ce qui Ă©tait bien Ă©videmment interdit. Tout commence Ă  s’effondrer autour de nos hĂ©ros qui tentent de rejoindre la sortie sur le tapis volant. Jafar les y attend et leur prĂ©pare un mauvais tour. Il arrache la lampe Ă  Aladdin et le pousse dans le prĂ©cipice afin de le faire prisonnier de la Caverne Ă  jamais. 

Retrouvant ses esprits, Aladdin s’aperçoit qu’il est piĂ©gĂ© dans les profondeurs, mais aussi qu’Abu a subtilisĂ© la lampe avant de tomber lui aussi. Voulant dĂ©chiffrer ce qui y est inscrit, il frotte l’objet et un GĂ©nie en sort. Ce dernier lui propose de faire 3 vƓux. FutĂ©, Aladdin parvient Ă  ce que le GĂ©nie les fasse sortir de la Caverne par la ruse (Ă©conomisant par lĂ -mĂȘme un vƓu). 

Un prince pour une princesse

Avec la magie du GĂ©nie, Aladdin devient un riche prince afin de conquĂ©rir le cƓur de Jasmine dont il est tombĂ© amoureux. Il revient Ă  Agrabah sous les acclamations de la foule et se prĂ©sente au Palais sous le nom de Prince Ali. Jasmine commence par l’éconduire tout comme ses autres prĂ©tendants.

Cependant, lors d’une promenade romantique sur le tapis volant, elle reconnaĂźt Aladdin. AprĂšs avoir raccompagnĂ© la princesse jusqu’à sa chambre (et aprĂšs avoir Ă©changĂ© un baiser), ce dernier se fait enlever par Jafar, qui voit en lui un obstacle Ă  son dĂ©sir de devenir Sultan. Il est jetĂ© dans la mer mais est sauvĂ© in extremis par le GĂ©nie.

Tous deux reviennent au Palais et Aladdin dĂ©nonce les agissements de Jafar. Le grand Vizir, dans sa fuite, remarque la lampe accrochĂ©e Ă  la ceinture du hĂ©ros. Il sait alors que le Prince Ali et Aladdin ne sont qu’une seule et mĂȘme personne. 

L’amour triomphe

Profitant de l’absence d’Aladdin, Iago subtilise la lampe et la rapporte Ă  son maĂźtre. Ce dernier fait alors immĂ©diatement les vƓux de devenir Sultan, puis le plus puissant sorcier de la terre, rĂ©duisant alors Jasmine et son pĂšre en esclavage. RĂ©vĂ©lant l’imposture d’Aladdin, il l’expĂ©die loin dans le dĂ©sert.

Cependant, grĂące au tapis volant, le hĂ©ros revient vite Ă  Agrabah et affronte Jafar. Utilisant la mĂ©galomanie de ce dernier pour la retourner contre lui, il le pousse Ă  faire son dernier vƓu. Celui de devenir le gĂ©nie le plus puissant de la terre. Toutefois, il est immĂ©diatement aspirĂ© dans sa propre lampe, amenant Iago avec lui. Le GĂ©nie les expĂ©die tous deux dans la Caverne aux Merveilles. Refusant d’ĂȘtre pris pour ce qu’il n’est pas, Aladdin refuse de redevenir prince et utilise son dernier vƓu pour libĂ©rer le GĂ©nie. Cependant, l’amour triomphe toujours car le Sultan accepte d’unir Aladdin Ă  sa fille. 

GenĂšse

Contrairement Ă  ce que l’on pourrait penser, le film puise principalement son inspiration du film Le Voleur de Bagdad, dans lequel le scĂ©nario prĂ©sente de grandes similitudes. On peut Ă©galement apercevoir que de nombreux Ă©lĂ©ments sont repris de La Bande Ă  Picsou, le film : Le TrĂ©sor de la lampe perdue.

L’idĂ©e de ce long-mĂ©trage musical vient d’Howard Ashman, lors de son travail sur La Petite SirĂšne en 1989. Avec Alan Menken, ils co-Ă©crivent six chansons pour le film dont Arabian NightFriend like me et Prince Ali. Cependant, avec la mort d’Ashman en 1991, de nouvelles chansons Ă©crites par Tim Rice en remplacent certaines. 

Création des personnages

Le premier personnage Ă  naĂźtre sous le crayon de Éric Goldberg est celui du GĂ©nie, Ă  partir des traits de Robin Williams. Ce dernier accepte de prĂȘter sa voix au personnage et d’ĂȘtre payĂ© au salaire le plus bas. À condition que le GĂ©nie occupe moins de 25% de la place sur les affiches et que sa voix ne soit pas utilisĂ©e pour le merchandising. Cette clause n’ayant pas Ă©tĂ© respectĂ©e, Robin Williams est entrĂ© en conflit avec la Walt Disney Company. Tant et si bien que l’acteur n’intervient pas sur la suite Le retour de Jafar et la sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e.

Aladdin doit son apparence à Michael J. Fox et Tom Cruise, tandis que Jasmine est inspirée de Jennifer Connelly

michael j. Fox
tom cruise
jennifer connelly

Jafar, quant Ă  lui, s’inspire directement du personnage de MalĂ©fique dans La Belle au bois dormant : tous deux ont un sceptre magique, un oiseau en guise d’animal de compagnie et se mĂ©tamorphosent Ă  la fin du film. 

RĂ©ception 

Le film obtient d’excellents rĂ©sultats au box-office en 1992. Il rĂ©colte 217 millions de dollars aux États-Unis et 504 millions dans le monde. 

Ce succĂšs conduit les Studios Disney Ă  proposer plusieurs suites du film sorties directement en cassette VHS, ainsi qu’une sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e : 

  • Le Retour de Jafar (1994)
  • Aladdin et le Roi des voleurs (1996). 

Le film a Ă©galement eu droit Ă  son live-action en 2019.

Marie
PassionnĂ©e par l’écriture et l’univers des contes au point d’en faire mon sujet de mĂ©moire, la magie de Disney a effleurĂ© mon berceau pour ne plus jamais me quitter. De la fĂ©erie des princesses Ă  la plus rocambolesque des aventures, c’est de cette pincĂ©e de rĂȘverie que s’est imprĂ©gnĂ©e ma plume. Aujourd’hui, entourĂ©e d’une Ă©quipe de Disneyens chevronnĂ©s, je suis heureuse et honorĂ©e de prolonger la magie au quotidien.