Disney D-Light : Entretien avec le Motion Designer Jean-Paul Faure

Jean-Paul est l’artiste à qui l’on doit les magnifiques projections de Disney D-Light sur Le Château de la Belle au Bois Dormant. Il nous révèle tous les secrets de fabrication de cette féérie lumineuse.

Peux-tu nous présenter ton parcours à Disneyland Paris ?

J’ai commencé fin 2002 en tant que technicien de scène à Disney Village pendant deux ans. C’est alors que j’ai appris qu’il y avait là un studio de tournage et de montage et, dans la mesure où j’ai une formation de monteur, je suis allé me présenter et j’ai été intégré dans l’équipe. En 2005, Disneyland Paris Business Solutions m’a proposé de devenir technicien audiovisuel. J’ai occupé ce poste pendant cinq ans, et en 2010, j’ai intégré le bureau d’étude de Business Solutions comme monteur et motion designer. C’est ainsi que j’ai rejoint l’équipe qui réalise les mappings des différents événements de Disneyland Paris (sauf Disney IlluminationStar Wars™ : La Célébration Galactique et la saison de Noël). Nous travaillons essentiellement sur Le Château de la Belle au Bois Dormant et The Twilight Zone Tower of Terror™, mais également sur Le Galion des Pirates depuis le dernier Halloween, ou encore Skull Rock et Phantom Manor.

Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

La réalisation de la vidéo du Property Management Team des Hôtels Disney du 20e anniversaire de notre destination en 2012. Il s’agissait de retracer toute l’histoire de Disneyland Paris, et j’ai choisi avec mon collègue Pascal Gérard de le faire à la manière de Retour vers le Futur, en reconstituant en vidéo le cockpit de la mythique DeLorean pour voyager à travers le temps ! Le deuxième souvenir qui me vient à l’esprit est la soirée Electroland de 2018 pour laquelle j’ai réalisé l’un des moments clefs de la soirée. J’avais carte blanche et je me suis amusé à concevoir un programme rétro futuriste, dans l’esprit des années 1980, une époque que j’aime particulièrement.

Comment présenterais-tu Disney D-Light ?

Il s’agit d’une toute nouvelle séquence imaginée pour le 30e anniversaire de Disneyland Paris et qui sera présentée juste avant Disney Illuminations. Dans Disney D-Light, la star, c’est Le Château de la Belle au Bois Dormant, véritable icône de notre destination. Nous avons voulu le mettre littéralement « en lumière » en réalisant différents habillages lumineux qui vont évoluer jusqu’au grand final avec les drones dans le ciel. On utilise aussi un certain nombre d’effets, comme les lasers et les jets d’eau, qui apportent un surcroît d’intensité. Il y a également des ajouts de lumière sous forme de rubans de néons disposés dans les jardins et d’éclairages au niveau des arbres.

Comment as-tu composé cette séquence ?

J’ai commencé à y travailler en novembre dernier avec Juan Fuentes, le Metteur en Scène du spectacle. Tout est parti d’une série de mots qu’il m’a confiés tels que « couleur », « transparence » ou « iridescence », et à partir de là j’ai élaboré un scénario que j’ai construit pas à pas avec lui. J’ai développé une approche délibérément abstraite, qui contraste avec Disney Illuminations, mais en même temps, il y a une progression. L’idée est de faire évoluer cet habillage de lumière tout au long de la séquence jusqu’au au grand final avec le ballet de drones.

La musique a une grande importance dans ce spectacle.

Elle a déterminé l’essence de chaque tableau. Un peu comme pour Fantasia, je suis parti de la bande-son du spectacle pour créer les images. C’est une magnifique version de la chanson du 30e anniversaire « Un monde qui s’illumine » arrangée pour orchestre symphonique. Elle a été enregistrée par une soixantaine de musiciens dans les mythiques studios d’Abbey Road à Londres. C’est dire à quel point elle est puissante ! Au début, elle est très douce, et cela m’a inspiré un ciel étoilé. Ensuite, on a des petites notes de piano qui surgissent et j’ai ajouté comme des spots de lumière qui viennent éclairer le Château. On le découvre alors en transparence, comme s’il était en verre. Et à mesure que la musique devient plus forte, les lumières deviennent plus fortes elles-aussi, et l’animation est plus dynamique. C’est vraiment la musique qui a orchestré les couleurs et l’énergie du spectacle.

Ce qui frappe également quand on assiste à Disney D-Light, c’est la force des émotions.

Pour cela, nous avons beaucoup travaillé sur les transitions entre chaque tableau, en nous basant sur les changements dans la musique. L’apparition soudaine de certains tableaux donnera, je l’espère, des frissons à nos spectateurs. Et le moment le plus fort, bien sûr, c’est le dernier tableau. Ce sera un chemin de lumière qui partira du fond du Central Plaza pour finir dans le ciel. Ce sera spectaculaire ! Du jamais vu dans un parc Disney !

Quelles ont été tes sources d’inspiration sur le plan visuel ?

Pour le premier tableau, je me suis amusé à recréer le château que l’on voit au début du film Tron L’Héritage. Je me suis également inspiré du travail du studio Moment Factory, basé à Montréal, et notamment des effets façon « Pixie Dust » qu’ils ont utilisés sur la cathédrale de Reims, qui sont vraiment magiques.

Je me suis enfin inspiré des couleurs et des décorations en forme de rubans du Château de Cendrillon au Magic Kingdom en Floride pour le 50e anniversaire de Walt Disney World Resort pour créer le tableau du 30e anniversaire, dans lequel les rubans rappellent les mobiles des Jardins Féériques. Je tenais vraiment à faire résonnance avec les autres créations du 30e anniversaire. C’est vraiment mon moment préféré.

Quels sont tes outils de travail ?

Tout se passe sur ordinateur. Je travaille avec des logiciels comme After Effects, Cinema 4D ou encore Elements 3D.

Le Château de la Belle au Bois Dormant n’est pas un support comme les autres. Comment l’as-tu approché ?

Le Château est un support magnifique, mais très complexe à travailler. Quand on conçoit des projections sur sa façade, il vaut mieux se concentrer sur une vision d’ensemble car si on cherche à mettre trop de choses, cela peut vite devenir illisible. Ce qui n’empêche pas de rajouter ici et là des détails et même des surprises… mais je n’en dis pas plus. Ce sera à vous de les découvrir ! Avec Disney D-Light, on verra le Château comme on ne l’a jamais vu, avec beaucoup de textures originales : de la transparence, des reflets de lumière, ou encore un côté iridescent.

Comment le ballet des drones s’intègre-t-il dans ce programme ?

À ce moment, le Château sera au noir pour mieux les mettre en valeur. Ils partiront du sol pour monter jusqu’au ciel et faire leur ballet. Ce sera magique ! Ils apparaîtront également juste après Disney Illuminations, dans un after-show dont le mapping est en quelque sorte un condensé de l’ensemble des tableaux de Disney D-Light.

Qu’as-tu ressenti en découvrant Disney D-Light pour la première fois ?

C’était au cours des tests que nous avons réalisés à partir de début janvier. C’est toujours un moment stressant, d’autant plus que notre direction était présente pour le tout premier. Au final, tout s’est très bien passé et tout le monde a été conquis. L’émotion était palpable dès le départ. J’ai fait quelques retouches par la suite, ajouté de petits effets supplémentaires, et maintenant la version finale est fin prête à être dévoilée au public ! Je suis très impatient de la faire découvrir à nos visiteurs. Ce sera à n’en pas douter le point d’orgue de leur journée sur le parc !

Jérémy
Je suis un grand fan de l’univers Disney et j’aime collectionner des produits en tout genre. Une chose est sûre, en plusieurs années ma collection a eu le temps de s’étoffer. Mon plus grand rêve serait de pouvoir faire le tour du monde des parcs Disney. J’aime particulièrement les parcs à thème Disney et j’aime y dénicher les moindres secrets.